Ville de

L'Etang-Salé
               -  
Ile de

la Réunion
L'Etang-Salé
Bienvenue
Accueil
Album
Culture
Economie
Education
Histoire
Politique
Population
Présentation
Situation
Sports
Tourisme
Actualites
Hébergement
Restauration
 
A connaître
Avis & Comuniqués
Critiques
Numéros utiles
Transport
 
 




ARTICLE DU 06/08/04
Un proche en garde à vue

Le mystère entourant la mort d’Yveline Barbusse, assassinée lundi soir dans sa case de la rue Band’Colon, commence à se dissiper. Depuis mercredi midi, les enquêteurs ont en effet placé en garde à vue un suspect sur lequel pèsent de lourds soupçons.

L’homme, qui nie toute implication dans le meurtre, est un ami de la famille. Il travaillait occasionnellement avec Roger Boudet, le concubin de la victime. Une veste tachée de sang, dont l’analyse est en cours, a été retrouvée à son domicile.

A découvrir
Fonds d'écran
Informatique
Les dossiers
 
A voir
Liens
Loisirs
Livre d'or
Logos
Webmaster
Annuaire
professionnel
Websites-Blogs
à découvrir
 
 
 
 
 
 
 
 
 






 

Approche-t-on de l’épilogue de l’affaire Yveline Barbusse ? Depuis quelques jours, l’espoir est en tout cas permis. Mercredi midi, un homme a en effet été interpellé par les enquêteurs, et placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie des Avirons.

Même si le sacro-saint principe de la présomption d’innocence reste la règle en la matière, les enquêteurs espèrent tenir là l’homme qui pourrait correspondre au profil du tueur. S’il s’avérait que l’individu est effectivement celui qui a massacré Yveline Barbusse lundi soir, la rapidité avec laquelle les gendarmes ont retrouvé sa trace est pour le moins surprenante. L’explication est pourtant simple.

Proie facile

Dès les premières constatations, un détail n’a pas cessé de troubler les enquêteurs : pourquoi les trois chiens d’Yveline Barbusse n’ont-ils pas réagi lorsque leur maîtresse a été agressée ? Cela voudrait-il dire que les animaux connaissaient le ou les tueurs ? Dans ce cas, le mystérieux agresseur pourrait bien être un proche de la famille. Cette dernière piste a donc incité les enquêteurs à explorer le cercle des connaissances de la famille en procédant à plusieurs auditions.

Parmi ces témoins, un nom a semble-t-il retenu toute leur attention. L’homme, un créole habitant l’Étang-Salé, est un ami de la famille, qui côtoyait de temps à autres le conjoint de la victime, Roger Boudet. Il l’aidait ponctuellement dans ses activités de forain, ou lors de travaux à sa case.

 


En effectuant une perquisition à son domicile, les enquêteurs vont découvrir ce qui pourrait être une pièce à conviction déterminante : une veste tachée de sang. De plus, étant familier des lieux, l’homme pouvait très bien avoir connaissance de l’absence de Roger Boudet, parti en vacances. Il aurait donc très bien pu savoir qu’Yveline Barbusse était seule… Et qu’elle constituait une proie facile. Autant d’éléments qui ont en tout cas semblé suffisants aux enquêteurs pour motiver un placement en garde à vue, ce qui a été chose faite dès mercredi midi, soit une vingtaine d’heures à peine après la découverte du corps de la victime.

Attente des analyses

Hier soir, l’homme était toujours maintenu en garde à vue. Il n’a semble-t-il pas cessé de nier son implication dans le meurtre d’Yveline Barbusse. Aussi les enquêteurs attendent-ils les résultats des analyses du sang retrouvé sur sa veste pour être fixés. Hier, en cours de journée, un élément est néanmoins venu jeter le trouble dans les esprits : plusieurs témoins auditionnés ont en effet affirmé que le suspect s’était blessé la semaine dernière, donc avant le meurtre.

De plus, l’homme aurait été vu le jour du meurtre portant une chemise, et non pas cette fameuse veste. Le sang retrouvé provient-il alors des blessures antérieures au meurtre ? Si tel était le cas, l’élément principal motivant sa garde à vue s’effondrerait comme un château de cartes. Dans le cas où ce sang proviendrait de la victime, ce serait évidemment une preuve accablante. C’est sans doute pourquoi les enquêteurs restent assez prudents.

De source proche du dossier, on affirme en effet que cet élément est “discutable”. “De nombreuses portes restent ouvertes”, précise-t-on. Autrement dit, même si la piste de ce proche de la famille reste d’actualité dans l’attente des résultats des analyses, d’autres explications sont envisagées, notamment celle d’un groupe de jeunes rôdeurs aperçu régulièrement dans le quartier. Hier, de nombreux témoins et voisins ont ainsi été auditionnés dans le cadre de l’enquête, afin d’explorer toutes les pistes.

Reste que la garde à vue du suspect devrait normalement expirer aujourd’hui à midi. Si les enquêteurs disposent de suffisamment d’éléments probants, l’homme devrait vraisemblablement être déféré au parquet de Saint-Pierre afin d’être présenté au juge d’instruction.

Stéphane Cardia

 
 
© Copyright Ades, 2000-2006 - Tous droits réservés - L'Etang-Salé v5.0