Ville de

L'Etang-Salé
               -   - Ce site web est un site perso. Ce n'est pas le site officiel de la commune de L'Etang-Salé.
Ile de

la Réunion
L'Etang-Salé
Bienvenue
Accueil
Actualites
Album
Culture
Economie
Education
Emploi
Hébergement
Histoire
Logement
Politique
Population
Présentation
Restauration
Situation
Social
Sports
Tourisme
 
A connaître
Critiques
Numéros utiles
Organigramme
Où se trouve ?
Station météo
Transport


etangsale974
AT yahoo.fr




Page mise à jour
le : 25/11/2018

L'Etang-Salé * Le monde économique *
4 - La pêche, le parent pauvre

L'île de La Réunion (auparavant l'île Bourbon) à depuis toujours été tournée vers l'agriculture et pendant longtemps, le secteur de la pêche était marginalisé.

Depuis cela à bien changé. Malgré une géographie de l'île qui n'est pas simple. Il n'y a pas véritablement de grands lagons ni d'abris naturels à part la baie de Saint-Paul. Les alizés 6 mois par an qui alternent avec les menaces cycloniques pendant l'été austral rendent la pêche compliqué.

En 1996, 90 % des ménages réunionnais achetaient du poisson et 60 % en mangeaient au moins une fois par semaine. A partir des années 2000, la consommation a considérablement augmenté. En 2002 La Réunion a consommé 19 349 tonnes de produits de la mer pour une valeur de 87,2 million d'euros. En 2005 les réunionnais consommaient 19 kg par personne.

Pêche artisanale

Au début du XXème siècle, la pêche côtière se développe dans toutes les petites villes littorales. Elle est souvent une affaire de famille et les pêcheurs s'organisent progressivement.

En 1905, l'île compte 135 pirogues de pêche où les pêcheurs se sont acquittés des taxes dues par l'administration. A cette époque, la pêche demeure une activité occasionnelle.
A bord de la pirogue, taillés dans du jacquier ou du bois de tamarins, deux ou trois hommes prennent place :
- le patron de pêche
- le rameur ou le matelot

En 1950, apparaît à Saint-Gilles le premier "canot" à moteur. Rapidement, les pêcheurs s'équipent car il devient plus facile d'atteindre de nouvelles zones et de suivre les poissons migrateurs. La motorisation révolutionne les pratiques de la pêche, elle permet d'augmenter la production de manière considérable notamment en poissons pélagiques. Avec ces nouvelles pratiques, le besoin de formation se fait sentir. En 1967, l'école d'Apprentissage Maritime voit le jour. Elle formera tout ce que l'île compte comme matelots et patrons.

Aujourd'hui, la pêche artisanale rassemble les navires et marins pêcheurs effectuant des sorties en mer de moins de 24 heures, dans les eaux proches de La Réunion (jusqu’à 20 milles nautiques) avec des patrons pêcheurs propriétaires de leur navire, l’exploitant seul ou parfois avec un matelot.

Depuis le début des années 2000, 1/5 des pêcheurs professionnels ont quitté le métier. A ce jour, il reste un peu plus de 200 pêcheurs professionnels sur toute l'île.
A découvrir
Fonds d'écran
Informatique
Les dossiers
 
A voir
Infos pratiques
Liens divers
Livre d'or
Logos
Loisirs
Mon billet d'humeur
Référencement
Webmaster
 
 
Liens utiles
CIVIS
Conseil Général
Conseil Régional
Mairie Etang-Salé
Préfecture
 
météo France
 
Nombre de visiteurs
 
 
 
 
la chaine météo



 
En 2009, à L'Etang-Salé, l'abri-côtier prévu pour 80 embarcations en comptait 130 dont une quinzaine de barques pour à peine une vingtaine de pêcheurs professionnels. A côté de cela, le nombre de plaisanciers ne cesse d'augmenter.

L'observatoire des pêches réunionnaises révèle que l'activité de plaisance est deux fois plus élevée que celle des professionnels.
La pêche artisanale apporte chaque année entre 500 et 1 000 tonnes de produits de la mer ultra frais. Cette pêche du jour est distribuée par les poissonneries et groupements de pêcheurs, ou vendue directement aux restaurateurs et particuliers. Il existe actuellement huit groupements d’intérêt économique répartis sur l’Ile dont 1 à L'Etang-Salé Les Bains avec pour objectifs une possibilité plus grande d’écoulement des prises.

La pêche dans le dernier programme des municipales 2014

Alain Payet
Dans ses 5 grandes priorités pour la commune de L'Etang-Salé, je n'ai trouvé aucune allusion propre à la pêche et aux pêcheurs. En cherchant bien et en faisant un très gros effort d'imagination mais vraiment un très gros effort, nous pourrions intégrer cette activité dans "l'accompagnement du développement économique" voire "un aménagement du territoire cohérent".

Jean-Claude Lacouture
Il existe bien une toute petite phrase dans le programme du maire, "Défendre les intérêts du secteur de la pêche". C'est mieux que rien dirons-nous ! Il ne parle plus de "défendre le projet de réalisation d'un abri-côtier sécurisé", à moins que cette phrase du programme 2014 englobe réellement tout le secteur de la pêche.

David Sita
Dans son programme de plusieurs pages, il consacre un thème lié à la mer, "Mettre à dispositions des pêcheurs des équipements pour améliorer leurs conditions de travail".

Critique

Chaque année, plus de 10 000 tonnes de produits de la mer sont importés à La Réunion. Ils proviennent majoritairement de Madagascar, Vietnam et Métropole. Le phénomène est en constante augmentation. La croissance de la population réunionnaise joue également un rôle dans cette importation.

Les pêcheurs se battent sans arrêt pour que les produits importés qui rentrent sur l'île à partir d'un "RU" soient évidés afin d'en montrer l'origine.

Par ailleurs, les plaisanciers exploitent les mêmes zones de pêche. Ils commercialisent les mêmes produits que les professionnels mais de manière parallèle. Cette pêche loisir et plaisir pèse lourdement sur la profession. En 2006, selon une étude du Comité Régional des Pêches, 35 % pratiquait une pêche récréative.

Aquaculture

L'ARDA (Assosication Réunionnaise de Développement de l'Aquaculture) est une association de type loi 1901. Elle a été créée à l'initiative du Conseil Régional de La Réunion afin de valoriser le développement des activités aquacoles dans l'île.
Depuis sa création en novembre 1991, les pôles de compétences de l'ARDA se sont diversifiés pour s'orienter vers l'étude, la valorisation et la gestion durable des ressources aquatiques tropicales. Depuis 2007, l'ARDA a le statut de Centre de Ressources Technologiques (CRT), délivré par le Ministère de l'Enseignement supérieur, et fonctionne donc comme un CRITT (Centre de Ressources et d'Innovation Technique et Technologique).

Le premier programme (1991/1994) a été essentiellement consacré à l'élaboration et à la mise en œuvre du transfert et développement de la filière Oreochromis hybride rouge (Gueule Rouge) à La Réunion.

Réserve Naturelle Marine

L’île de La Réunion est bordée sur sa côte ouest par des récifs coralliens. Ils constituent une protection naturelle contre les assauts de la mer et ont permis le développement des zones balnéaires de l’île à Saint-Paul, Saint-Leu, Étang-Salé et Saint-Pierre.
Sièges d’une biodiversité remarquable (plus de 3500 espèces), ces récifs constituent aussi des patrimoines naturels, paysagers et culturels remarquables qui contribuent au bien être de la population réunionnaise et des visiteurs occasionnels.

C’est pourquoi, a été créée en 2007, une Réserve Naturelle Marine qui s’étend sur 40 km de côtes du Cap La Houssaye à Saint-Paul, à la Roche aux oiseaux à l’Étang Salé. La réserve a une surface de 35 km2 et s’articule autour de trois types de zones : périmètre général, protection renforcée (45%) et protection intégrale (5%).

Afin de concilier les activités humaines et la préservation des récifs, de nouvelles règles d’usage ont été édictées par le décret de création de la réserve naturelle et par des arrêtés préfectoraux.
Quelques Commentaires

Louis Martin dit "Tétin" Savigny :
En 1914, Tétin à 14 ans "et plus du tout envie d'aller en classe. Je suis alors devenu pêcheur sur la barque de Jules Legrand". A 21 ans, il achète sa première barque, la Saint-Clotilde. "Nous avions une voile carrée et un foc, taillésà la main dans la voile de la toile écrue. On se servait d'un aviron comme gouvernail... Et quand il n'y avait pas de vent, on sortait quand même, à la rame. On faisait de cette façon des trajets de 25 à 30 km. Le plus embêtant, c'est quand le vent tombait alors que nous étions au large. Rentrer en rmant 25 km n'était pas une mince affaire. Mais le gros temps ne nous faisait pas peur." "Il était impossible de vendre le poisson sur place puisque personne n'habitait sur le littoral en dehors de nous".

Alain Savigny (le fils de Tétin) :
"La veille des sorties en mer, on dormait sur la plage, pour être sur place dès 6 heures."

Eugène Payet :
Né en 1926, "je suis un homme de la mer, encore aujourd'hui j'aime sillonner ses flots, à y ceuillir ses fruits qui m'ont fait vivre". "A l'époque, le poisson était acheté sur place par des marchands venus de L'Etang-Salé, de Saint-Louis et de La Rivière pour être ensuite revendu à Saint-Louis. Pour conserver le poisson en attendant les bazardiers, on leur remplissait le ventre de charbon ou on les attachaient sous les filaos, à la fraîche. Parfois, le poisson était directement vendu aux voyageurs le temps de l'arrêt du train à la gare de L'Etang-Salé-Les-Bains".

Jean Claude Lacouture :
Au sujet d'un projet de marina, Quotidien du 28/07/2009
"Sans police de port, ni anneaux à payer, c'est un peu l'anarchie et la marina permettra de réglementer tout cela." "Si on nous dit que la marina n'est pas faisable, on aura au moins essayer et on dira au pêcheurs et aux plaisanciers".

Pour aller plus loin

PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE LA PECHE MARITIME A LA REUNION
Commission Affaires économiques - Nb page : 54, Date de parution : 1996-12-06, Nature : Rapport


DAAF La Réunion. Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt. Numéro 88 - Novembre 2013. Agreste. La. Réunion. - n°. 88. -. Novembre. 2013.

Source :





Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins
Homme libre, toujours... La pêche à l'île de La Réunion depuis le XVIIè siècle.
Quotidien de La Réunion
DAAF de La Réunion
CESER-Réunion

 


 
 
© Copyright Ades, 2000-2018 - Tous droits réservés - L'Etang-Salé v5.0