Ville de

L'Etang-Salé
               -  
Ile de

la Réunion
L'Etang-Salé
Bienvenue
Accueil
Actualites
Album
Culture
Economie
Education
Hébergement
Histoire
Politique
Population
Présentation
Restauration
Situation
Sports
Tourisme
 
A connaître
Avis & Comuniqués
Critiques
Numéros utiles
Où se trouve ?
Station météo
Transport




[ Handball ]

Article JIR : 23 mars 1999 - Les jeunes de la Saline sauvagement agressés

Une demi-douzaine de joueurs salinois n’ont pu reprendre l’école, hier matin. L’hôpital de Terre-Sainte leur a prescrit une interruption temporaire de travail de huit jours, suite aux coups (de poings, de bâtons et de ceintures) reçus samedi en tentant de sortir du stade d’Etang-Salé. Selon les témoins, le passage à tabac a été d’une violence inouïe.

Eric Zacore, le président de la Jeunesse sportive de la Saline, hésite entre l’écoeurement et la colère. C’est pourquoi il a organisé une conférence de presse, ce mardi en fin de matinée, en compagnie des parents et des jeunes.

Dans son fax, il rappelle les faits : "A la fin de deux rencontres en catégories minimes et cadets opposant l’ASCES à la JS Saline, nos jeunes joueurs (14-17 ans) se sont fait sauvagement agressés, sans raison, ni provocation de notre part, par les supporters (plus ou moins jeunes et ivres) et joueurs de l’équipe de l’ASCES, à grands coups de poings, de pieds, de bouteilles, de boucles de ceintures et de rondins de bois (dans les côtes et la tête le plus souvent) ayant suscité l’hospitalisation de certains joueurs.

" Que s’est-il donc passé samedi à l’Etang-Salé pour que de simples matches de championnat débouchent sur un passage à tabac des visiteurs ?

Eric Zacore raconte : "Le match cadets avait été interrompu à plusieurs reprises parce que des spectateurs lançaient des cailloux sur notre équipe. Le responsable de la formation de l’Etang-Salé est allé les voir pour leur demander d’arrêter et le match a pu se terminer. C’est au moment où nous avons voulu quitter le terrain que les incidents se sont produits.

A découvrir
Fonds d'écran
Informatique
Les dossiers
 
A voir
Annuaire
professionnel
Liens
Livre d'or
Logos
Loisirs
Mon billet d'humeur
Webmaster
Websites-Blogs
à découvrir
 
 
 
 
 
 
 
 
 





  Une partie des joueurs a pu arriver au bus, l’autre a été attaquée par une vingtaine des supporters et même des jeunes de l’ASCES qui étaient encore en tenue. L’entraîneur saléen a essayé de calmer les esprits, mais il n’a rien pu faire."

DES JOUEURS DE L’ASCES AVEC LES DÉLINQUANTS ?


Cet éducateur impuissant à empêcher le massacre, c’est Guy Delgard. Sa version ne diffère guère de celle d’Eric Zacore. Si ce n’est qu’il affirme avec certitude : "Aucun joueur d’Etang-Salé n’a participé à la bagarre. J’avais un copain à l’extérieur et, au moment où les Salinois partaient, je lui ai demandé si tout allait bien. "Pas de problème, il ne va rien se passer", m’a-t-il répondu. A la sortie, je me suis retrouvé en face d’adolescents qui n’étaient pas trop d’accord avec l’arbitre - il est pourtant parti sans être inquiété - et contre le club de la Saline. Lorsque j’étais allé leur demander de cesser de jeter des cailloux sur le gardien adverse, ils m’avaient expliqué qu’il y avait eu des menaces à la Saline. La bagarre s’est déclenchée parce que je n’ai pas vu un délinquant qui est passé dans mon dos pour donner le premier coup. Après, les Salinois se sont enfuis et se sont dispersés au lieu de rester groupés".


POURSUITES JUDICIAIRES


 


On connaît maintenant la suite désastreuse de l’affrontement. Les gendarmes et les pompiers n’ont pu que constater les dégâts à leur arrivée sur place. Une demi-douzaine de jeunes n’ont pu se rendre au collège ou au lycée hier, arrêtés pour une durée de huit jours par les médecins de l’hôpital de Terre-Sainte où ils ont été examinés samedi soir et dimanche. Ils souffrent essentiellement de blessures à la tête et aux côtes. Les dirigeants et les parents de la JS Saline ont décidé d’engager des poursuites judiciaires. Le club de l’ASCES a également porté plainte. Reste à la Ligue et à sa commission de discipline de se saisir de cet épineux dossier. La sévérité de la sanction dépendra essentiellement de la participation démontrée (ou non) des jeunes de l’ASCES à l’incident.

LE RAPPORT DE L’ASCES

Voici quelques extraits du rapport d’incident que l’ASCES a adressé au président de la commission de discipline de la Ligue. Ses dirigeants ont également envoyé une lettre d’excuse à la JS Saline. "Pour essayer de s’expliquer sur de tels faits, nous pensons que les désordres qu’a connus l’Etang-Salé, il y a 15 jours, "grève des chômeurs, interventions de 80 gendarmes mobiles", ne sont pas étrangers à ce qui s’est passé ce samedi. Vous comprendrez bien que nous, dirigeants de sport, ne nouvons pas prévoir et rivaliser contre des actes extra-sportifs. Tout l’entourage de l’ASCES est horrifié par ce qui s’est passé, et la réflexion amène toujours à se demander comment, quels que soient la manifestation ou le lieu, nous pouvons contrer ce phénomène. Nous rappelons notre peine au club de la Saline et nous leur demandons de croire en notre bonne foi. Par expérience de terrain et des discussions de nos différentes collectivités autour de la délinquance, nous nous permettons d’alerter la LRHB que ce genre d’accident pouvait arriver à n’importe quel club de l’île."

"INADMISSIBLE"

Alfred Dijoux, le président de la Ligue, ne trouve pas de mots assez forts pour condamner les incidents de samedi : "C’est inadmissible sur un terrain de handball et de sport en général. J’adresse toute ma sympathie aux enfants blessés et à leurs parents". N’ayant pas eu le temps de prendre connaissance de tous les éléments, il n’entend pas présager des sanctions qui pourraient frapper l’ASCES, rappelant cependant : "Le club recevant est responsable de l’arrivée des visiteurs jusqu’à leur départ en bus. Nous avions connu un problème identique l’an dernier, et le club fautif avait été durement sanctionné". Quant à savoir si les joueurs de l’ASCES ont participé à la bataille... "Nous avons vraisemblablement affaire à une bande de voyous qui n’ont rien à voir avec le handball. Ce sera à la justice de définir les vrais coupables car nous ne pourrons pas les punir si, comme nous le pensons, ils ne sont pas licenciés".
 
 
© Copyright Ades, 2000-2007 - Tous droits réservés - L'Etang-Salé v5.0